Maccaclub a écouté quelques extraits d’Egypt Station

août 28, 2018 dans Macca

Une partie de l’équipe de Maccaclub a eu la chance de pouvoir écouter quelques extraits de l’album de Paul McCartney « Egypt Station ». Un lien vers un fichier ouvrable sur un seul ordinateur ou smartphone a été adressé à certains médias.

Parmi les huit titres, nous connaissons déjà « I Don’t Know », « Come On To Me » et le déjà controversé « Fuh You ».

« Opening » est une courte intro instrumentale qui ouvre l’album avant « I Don’t Know ».

« Happy With You », quatrième titre du disque, est une ballade classique construite autour de l’accord de ré. On note également la présence d’une flûte. Paul raconte ses excès passés (alcool, fumette…) qu’il ne regrette pas car il est heureux d’être avec son épouse. Une chanson qui va ravir les fans de la première heure échaudés par « Fuh You ».

« Hand In Hand », neuvième titre, est une autre ballade au piano. La voix de Paul s’y révèle fragile et émouvante. Ici encore, on retrouve de la flûte.

« Back In Brazil », onzième morceau de l’œuvre, a été enregistré à Sao Paulo pour retrouver une couleur locale. Et cela commence effectivement comme une bossa moderne,  qui devient d’avantage expérimentale et riche en sonorités. Une autre audace de McCartney qui risque de diviser le public, mais qui va ravir les fans brésiliens.

« Despite Repeated Warnings » est le quatorzième titre et certainement l’un des plus surprenants. Cela commence comme une ballade au piano classique avec une descente en la majeur. Les chœurs (enregistrés par Macca) sont filtrés, mais cela ne choque pas. Puis le morceau change de rythme et d’atmosphère avec une transition qui rappelle « A Day In The Life ». Le tempo se fait plus rapide pour une ambiance totalement différente avec la présence appuyée de guitares. Puis Paul revient au thème du début avec plus d’orchestration. Sans aucun doute, le titre le plus surprenant et audacieux, même si nous n’avons pas encore tout entendu.

En résumé, un disque qui va se révéler varié et riche en sonorités. Paul  McCartney flirte avec les influences du passé tout en gardant les oreilles ouvertes vers le monde et les nouveaux talents. Vivement le 7 septembre pour découvrir « Egypt Station » dans son ensemble.