Paul McCartney : un match aller de qualité à Marseille

juin 6, 2015 dans Macca

11427719_902407503136404_6548805357643278158_n

Les fans français s’étaient donnés rendez-vous au Stade Vélodrome pour le premier concert de Paul McCartney de la tournée Out There dans l’Hexagone.

Les plus courageux étaient arrivés avant six heures du matin pour être au premier rang de la pelouse or. Problème : l’organisation n’avait pas prévu de barrière pour protéger les premiers arrivés qui s’agglutinaient sur les marches du boulevard Michelet. A 16h, on a laissé une file se former devant l’accès au stade, mais sans véritable structure. Les portes devaient s’ouvrir à 18h, mais Macca n’a démarré son soundcheck qu’à 17h55. Les fans habitués savaient qu’ils ne rentreraient qu’à 19h alors que les autres espéraient une entrée imminente.

De l’extérieur du stade, difficile d’entendre correctement le soundcheck, mais en tendant l’oreille, on décelait des titres familiers :

Matchbox
Honey Dont
Drive my Car
Good Day Sunshine
Junior’s Farm
C Moon
Celebration
Kansas City
It’s So Easy
San Francisco Bay Blues
Lovely Rita
Ram On
Bluebird
Lady Madonna

Après les dernières notes de Lady Madonna, on sentit l’angoisse monter chez les responsables de la sécurité qui se demandaient comment ils allaient canaliser la meute des spectateurs prêts à se ruer vers le premier rang. Autre souci, l’accès à la pelouse fut un long périple dans des escalier à descendre, monter puis redescendre. A 19h, les premiers s’installaient devant la scène, alors que dans les tribunes la tension n’en était pas moins forte avec des clients mécontents par le manque de visibilité pour les places les plus proches de la scène.

L’attente allaient se poursuivre avec le set du DJ assez long. Trop pour une partie du public qui se mit à siffler. Après une pause publicitaire, l’animation démarra sur les écrans géants vers 20h55. Un régal pour les vrais fans, mais beaucoup moins pour les spectateurs venus voir la star qui attendait la nuit pour démarrer son set. A 21h35, Paul McCartney fit donc son apparition et entama Eight Days a Week sous les applaudissements.

Très en forme, le plus grand bassiste de tous les temps enchaîna les tubes et s’amusa à parler français et a utiliser des expressions locales comme : « Ca va… ou quoi ? » , « Etes vous escagassés ?  » ou en présentant ses musiciens : « Ce sont des fadas ! »

Les personnes dans les tribunes ont constaté un problème d’écho sans doute lié à la structure du stade et très flagrant sur les titres en acoustiques. Les fans devant la scène n’étaient pas dérangés par cette nuisance. Les spectateurs qui assistaient à leur premier concert de l’ex-Beatle furent émerveillés par l’enchaînement des hits et par la pyrotechnie de Live and let die. On pouvait cependant s’attendre à d’avantage de feux d’artifice pour un show en extérieur. Mais ne pinaillons pas…

Il était près de 0h30 quand Paul prit congé avec ses musiciens, sous une pluie de confettis. Laissant les spectateurs tenter de sortir du stade avec beaucoup de difficultés. En effet, les concepteurs de ce nouveau Vélodrome n’ont pas du tout envisagé une évacuation sereine des lieux. On n’ose imaginer un scénario d’épisode de panique qui serait vraiment catastrophique.

Difficile pour les fans de retrouver leurs amis autour de l’enceinte alors que les voitures commençaient à s’entasser sur les routes dans des bouchons dantesques. Il fallait s’armer de patience ou bien connaitre les raccourcis phocéens. Bref, tout ne fut pas tout rose ! Rappelons également que 15 000 places n’avaient pas trouvé preneurs. Ce qui est vraiment indigne pour un pays comme la France. Mais rendons hommage aux 40 000 spectateurs qui ont applaudi Paul et sont repartis avec des étoiles dans les yeux. Macca lui-même sembla apprécier cette première à Marseille. Il reviendra sans doute près du Vieux Port.

En résumé, un match aller irréprochable pour le musicien et qui laisse envisager un retour, jeudi soir, au Stade de France plus que flamboyant.

La set-list :

Eight Days A Week
Save Us
Got To Get You Into My Life
Listen To What the Man Said
Temporary Secretary
Let Me Roll It
Paperback Writer
My Valentine
Nineteen Hundred And Eighty Five
The Long And Winding Road
Maybe I’m Amazed
I’ve Just Seen A Face

We can work it out

Another Day
Hope For The Future
And I Love Her
Blackbird
Here Today
New
Queenie Eye
Lady Madonna
All Together Now
Michelle
Lovely Rita
Eleanor Rigby
Being For The Benefit Of Mr Kite
Something
Ob-la-di Ob-la-da
Band On The Run
Back In The USSR
Let It Be
Live And Let Die
Hey Jude

Another Girl
Hi Hi Hi
Can’t Buy Me Love

Yesterday
Helter Skelter
Golden Slumbers/Carry That Weight/The End