Retour gagnant de Paul McCartney au Stade de France.

juin 12, 2015 dans Macca

11536502_10207352738643107_3525071082736669711_o

 

Après un concert flamboyant à Marseille et deux prestations à Amsterdam, Paul McCartney était attendu au Stade de France, ce jeudi 11 juin.

La météo avait décidé de faire des caprices et la soirée s’annonçait très orageuse. Mais encore une fois Paul fit des miracles et c’est sous le soleil qu’il apparu devant le public.

En début d’après-midi, quelques spectateurs avaient commencé à patienter pour accéder à la pelouse. Puis les soundcheckers vinrent au rendez-vous de 15h30 à la porte J. Après une attente ponctuée par le reportage de l’équipe de TF1 et l’animation du passage piéton d’Abbey Road, ce fut enfin l’entrée dans l’enceinte. A peine le temps de s’installer derrière la première rangée de sièges que Paul ft son entrée vers 16h45. Il arrivait directement du Bourget où il avait atterri à 15 heures.

Après avoir salué ses musiciens, Macca entama le soundcheck par Honey Hush puis Honey Don’t. Un mini-concert très apprécié par les chanceux présents. Voici les titres joués:

Honey Hush
Honey Don’t
Junior’s Farm
Drive My Car
Jet
Let ‘Em In
Miss Ann
Things We Said Today
San Franscisco Bay Blues
I’ll Follow The Sun
Midnight Special
Ram On
Bluebird
Lady Madonna

A 18h30, les spectateurs firent leur entrée et sur le parterre chacun fit sa photo devant la scène. Certains placés au fond tentèrent de rester près de la scène, mais ils se firent refouler par un service d’ordre implacable. Après le set du DJ et l’animation de 30 minutes, le concert put enfin commencer à 21h10.

Très en forme, malgré ces derniers shows encore récents, l’ex-Beatle assura devant un stade bouillant malgré quelques travées désespérément vides. Peu importe, les absents avaient tort car Paul survolaient les débats en enchaînant ses tubes. Visiblement ému au moment d’entamer Band On The Run, en pensant à Christopher Lee qui venait de décéder, il se laissa tenter par un petit Yellow Submarine lancé par l’ami Remito devant la scène et soutenu par les premiers rangs.

Les spectateurs qui assistaient pour la première fois à cette grande messe furent surpris par Live and Let Die et sa pyrotechnie fulgurante. Dans les premiers rangs on ressenti la chaleur et quelques projections fumantes. Même pas peur !

La star fit monter une sibérienne sur scène. Tout ce qu’elle demandait, c’était un gros calin. Elle fut comblée devant la foule et les autres fans un peu jaloux.

Il était près de minuit et Paul prit congé sous une pluie de confettis, non sans nous avoir gratifié d’un I Saw Her Standing There, non prévu sur la set-list. « See you next time, à la prochaine ». Avec une telle pêche, on ne peut que rêver à d’autres grands moments avec notre cher Paul.